La charte des droits de l’endeuillé

Partager/imprimer

Mon deuil n’est pas une maladie ni une invention… Je le vis vraiment, il fait partie de moi et est comme il est pour de nombreuses raisons très personnelles. Je dois travailler très fort pour accepter d’être dans cet état, et ce, chaque jour et même chaque seconde. Au fil du temps, j’ai appris une chose : quand je sens que je n’ai pas le droit d’être en deuil, je ne vais pas bien. Donc, j’ai décidé que j’ai le droit maintenant de vivre le deuil, car une personne que j’aime est morte. Elle me manque, je me sens plein d’émotions et j’ai le droit :

  • de ne pas toujours être inébranlable, de vivre toutes les émotions possibles sans pour autant être jugé comme étant malade, dépressif ou trop bien
  • de vivre les jours de fête ou les dates spéciales à ma manière
  • d’avoir des besoins différents d’avant et d’être différent; d’ailleurs je ne serai plus jamais comme avant, le deuil m’a changé et me fera revivre
  • de laisser une place à cette personne morte dans ma vie, d’en parler, de revisiter le passé, de garder des souvenirs, des photos…
  • d’avoir des questions, des réponses et des informations pour mieux comprendre
  • de me recueillir aux endroits qui me conviennent
  • qu’on me respecte dans mon intimité et aussi dans celle du défunt
  • d’avoir du soutien, du vrai : des oreilles sincères pour m’écouter parler sans censure et même me répéter
  • de mettre mon expérience au service des autres
  • d’avoir une routine de vie que je choisis et qui me fait du bien : sortir, manger, voyager, établir des priorités…
  • de vivre mon deuil, ce deuil unique que quiconque ne peut comprendre… sans limite de temps et à mon rythme

Josée Masson et ses «experts endeuillés»
Avril 2015

Partager/imprimer

2 thoughts on “La charte des droits de l’endeuillé

  1. Le deuil,un droit.
    Mes oncles et mes tante, partent. Un après l’autre. Des gens qui avait le sens du coup de pouce.Mais aussi des conseils précieux.
    Nous,nées à travers tout ça,on a apris à partagé leur présence. Certe,différamment,le manque d’une mère partie rapidement,ou d’un père .Les oncles et les tantes sont là.
    Mais,y-a-t-il un pardon,quand on a eu besoin d’être seul, ou rassurer.Pour revenir après avoir repris des forces?
    Nous sommes, oncles et tantes,avec nos cousins et cousine. Et nous avons,ce travail important, auprès de la génération qui suit.
    Notre génération est moin imposante,mais elle a reçu un sens de partage nécéssaire.Le plaisir, d’être. Même les parents se partage la tâche,selon la petite âmes grandissant entre nos main.
    Les Mamans,les Papas.Parfois,on donné plus. Quelques amis de mes enfants,qu’ils considèrent comme.des frères. On raison,en quelque part.
    Ils ont le droit,comme j’ai eu le droits.
    Et être un Parent ,au delà des siens,est de répondre à ce travail. Sans clan particulier,sans exclusivité,ou,exclusion.
    Et, saisir l’amour de son prochain.
    Sans jugé,de sa présence,ou de son absence.Car on ne sait,pourquoi,certains,ont l’esprit voyageur.On ne sait, ont-ils,aidé, de près ou de loin,savons-nous être suffisamment responsable.
    Et, continuer d’avancer ,dans l’exemple,et reconnaître,avec respect,le chemin de chacun.
    Nos Grands-Parents disaient, en quoi puis-je vous aidez? Une visite de courtoisie, d’aide,ou,de demande d’aide. Les parents. Donne plus, qu’on puisse le penser.
    Sur le dernier ,voyage,un salut,et une mémoire.
    Car il nous disent,prenez la suite…

  2. Attractive part of content. I jᥙst stumbled upon youг website
    annd in accession capital to claim that I acquire actually lovеsd afcount your weblog posts.
    Anyy way I will be subscribing on your augment or even I achievement you get right of entry to ϲonsistently fast.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *